vendredi 15 décembre 2017

Tél.01 49 98 75 16

Dîner-débat : CGPME 18/11/ 2015 Compte rendu

Rencontre avec François Asselin, président de la CGPME le mercredi 18 novembre 2015

 Le quartier d’affaires de la Défense est particulièrement bien desservi par les transports en commun franciliens, RATP et SNCF. Le trajet Paris intra muros – La Défense, effectué en surface, traverse la Seine puis monte jusqu’à la Défense. A mi chemin entre le pont de Neuilly et la Grande Arche, les terrasses, où sont situés les locaux loués par la CGPME, dominent Paris. L’accès à l’immense salle de réunion modulable, entièrement boisée, où l’on verrait bien un défilé de mode dit un participant, se fait directement depuis les terrasses.

Les auditeurs de l’association sont accueillis par François Asselin, président de la CGPME, accompagné de Michel Bergeret (E, 32ème) président de la CGPME Franche-Comté et de Christophe Soupizet (E, 28ème) représentant de la CGPME à l’ARACT Auvergne, ainsi qu’à la CNAV et vice-président de l’Association. 

 

La CGPME en quelques mots …

La CGPME (Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises) est une des trois organisations patronales interprofessionnelles,  privée et indépendante, créée à la Libération, dont la représentativité est officiellement reconnue. Elle assure la représentation et la défense de l'ensemble des petites et moyennes entreprises, tous secteurs confondus (industrie, commerce, services, artisanat), au niveau national, tant auprès des pouvoirs publics que des partenaires sociaux, ainsi qu'au niveau international. Elle regroupe des fédérations professionnelles et des syndicats de métiers (près de 250), ainsi que des structures territoriales interprofessionnelles. Par le biais des branches professionnelles, la CGPME représente 1 500 000 PME-TPE.

 

 

François Asselin s’attache d’abord à montrer l’importance du réseau des petites et moyennes entreprises en France. L’entreprise fait partie du « bien commun, car elle porte des projets, elle assemble des personnes d’horizons différents, elle nourrit les familles et elle est à la base du secteur marchand sans lequel on ne peut s’en sortir ». Il rappelle ensuite que « sur 3 millions d’entreprises en France, 1,650 million comptent de 1 à 5 salariés et seulement 5000 appartiennent à la catégorie des grandes entreprises et l’on oublie trop souvent que sur le secteur marchand, les PME-TPE sont créatrices nettes d’emploi ».

Ses visites d’entreprises l’ont convaincu de la capacité des PME-TPE à innover et à anticiper des initiatives reprises par le législateur. Il regrette que la culture PME-TPE soit si absente des débats et du contenu des enseignements. 

 

Management, dialogue et contraintes administratives

François Asselin s’appuie sur une expérience de terrain en tant que chef d’entreprise d’une société de menuiserie-charpente industrielle occupant 140 salariés. Il a acquis la conviction de l’importance de mieux se faire connaître des salariés de l’entreprise et, lui, de mieux connaître les collaborateurs de l’entreprise : mieux accueillir les jeunes embauchés et non pas seulement passer son temps dans les « pots » de départ à la retraite. Les dirigeants qui se plaignent de l’ingratitude des salariés quittant brutalement l’entreprise se doivent d’y réfléchir.

Ses propres constats l’ont amené à faire appel à un consultant pour développer le dialogue interne, mettre en place une politique d’entretiens individuels et réfléchir aux relations hiérarchiques. « Le management est plus subtil que le côté technique » ajoute-t-il en citant le cas de l’ouvrier chevronné qui n’est pas forcément le meilleur tuteur de l’apprenti avec lequel il ne sait pas toujours bien partager son savoir. « Avec un management intelligent, on peut demander beaucoup à l’entreprise ».

Il en va de même dans le domaine des relations collectives. Les relations avec les délégués syndicaux ne sont pas une contrainte administrative mais un outil de management. Elles nécessitent de s’engager dans une démarche plus ouverte et plus moderne. C’est un enjeu pour montrer que l’entreprise est un « bien commun ». Si l’on n’entraîne pas tous les salariés dans le projet, on perd de la richesse. Il s’agit bien de mettre l’harmonie au cœur de l’entreprise.

La question du management est une question centrale de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE). Pour son entreprise, elle se décline en plusieurs objectifs, et notamment gestion des déchets qui fait l’objet d’une certification périodique par un organisme agréé.

Selon François Asselin, un tel système est certainement bien meilleur que les dispositifs de contraintes administratives sous forme d’amendes ou de pénalités administratives qui sanctionnent trop souvent des manquements formels.

La CGPME et la patrouille  

Le président de la CGPME ne parle pas des corps de contrôle en entreprise, dont l’inspection du travail, mais de « la patrouille » : « lors d’une visite la patrouille regarde le droit, les accords jeunes, seniors, égalité Hommes-Femmes ; elle coche des cases ; c’est une seule vision du dialogue social pour toutes les entreprises de France ». « Il faut donner envie de travailler dans l’entreprise et seulement ensuite parler d’exigences en retour ; c’est très différent de la patrouille ».

D’après le dictionnaire Robert historique de la langue française le mot patrouille a pris au XVIème siècle son sens moderne de « ronde de surveillance faite par un détachement militaire » ; puis le mot patrouille est « devenu un terme de scoutisme », puis « de mission de surveillance confiée à une petite formation de soldats, et aussi d’avions et de navires. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dialogue social, PME et représentativité patronale

Le cadre du dialogue social a été déterminé trop souvent pour et par les DRH des grandes entreprises dont la culture n’est pas celle des PME-TPE, qui elles, ne peuvent s’offrir les services de DRH. Et les autorités de l’Etat ont une vision « grandes entreprises ».

Les principes dégagés par le rapport Combrexelle sont audacieux (principe de subsidiarité). La branche doit conserver toute sa place pour réguler les conditions de la concurrence. François Asselin s’interroge sur le constat fait à propos du nombre trop important des branches : « cela dérange qui ? ».

  

Lire la suite : Dîner-débat : CGPME 18/11/ 2015 Compte rendu

Dîner-débat / spectacle : Théâtre de la Colline 27/11/2015

Vendredi 27 novembre 2015 de 17h à 22h : au Théâtre national de la Colline  

 

 

table ronde La réalité contemporaine du travail, transformations et représentations   

intervenants :

Alexis Amengol, metteur en scène  

 Dominique Méda, philosophe et sociologue (Réinventer le travail 2013

Jean-Paul Gehin, sociologue, membre du conseil scientifique de la 34ème - Président de l'association FILMER LE TRAVAIL et organisateur du Festival annuel à Poitiers sur le même thème

 

 

Spectacle :  Á ce projet personne ne s'opposait  librement inspiré de Prométhée enchaîné d'Eschyle, écrit par Marc Blanchet et Alexis Amengol et mis en scène par Alexis Amengol.

Ce qu’il voulait... C’était anéantir la race humaine... En produire une nouvelle...

Et à ce projet personne ne s’opposait...     Sauf moi.        Eschyle, Prométhée enchaîné

 

Prométhée fut supplicié par Zeus pour avoir volé le feu et transmis aux hommes les sciences, les arts et les techniques : les Dieux ne voulaient pas d’une espèce humaine capable de progrès. C’est en regard de ce mythe qu’Alexis Armengol et sa compagnie, Théâtre à Cru, ont décidé d’interroger la réalité contemporaine du travail.

Comment celui-ci est-il divisé, distribué, évidé... confisqué? Qui l’empêche d’être porteur d’émancipation ? Si le pouvoir n’est plus aujourd’hui l’affaire des Dieux, de qui les nouveaux tyrans tiennent-ils leur légitimité?

À ce projet... se construira avec les acteurs à partir d’enquêtes et de matériaux documentaires, mais aussi à partir de textes, de musiques, d’images ; un auteur, Marc Blanchet, et un dramaturge, Pierre Humbert participeront à cette écriture de plateau. Du mythe aux archives de la culture militante, il s’agira, par des approches multiples, de saisir ce qui enchaîne actuellement les espoirs humains : quelles sont les tortures et les tortionnaires d’aujourd’hui ?

Et quels moyens trouver, prométhéens, pour lutter, penser, s’épanouir, se réaliser en contrant leur violence ?

      

scénographie Marguerite Bordat, costumes et diffusion Audrey Gendre, dramaturgie Pierre Humbert, composition musicale Christophe Rodomisto ,création son Matthieu Villoteau, création lumière Jean-Philippe Filleul, production Marie Lucet, administration Isabelle Vignaud.

 

 

################################################################################################# 


 

Dîner Débat : 08/09/2015 CFE-CGC

 Philippe JAEGER, Président et "régional de l'étape" accueille les auditeurs            

 

 

et Carole COUVERT,

Présidente Confédérale de la CFE-CGC

 

 

 

 Une salle conquise  par les propos de Carole Couvert, 

 

     

  

Albéric, Olivier et Maryse, parmi les nombreux auditeurs apportant témoignages, questions et commentaire... 

  

et le buffet traditionnel clôture le Diner débat dans une ambiance très chaleureuse :

              

 

#################################################################################################

 

 

Dîner-débat Cour de Cassation 29/01/2015 : Visite préliminaire (2/3)

Dès l'accueil, la majesté des lieux semble empreinte de la sagesse du Roi Louis sous son arbre ….  

  

   

Dans les coffres du milieu de table… des ordinateurs en réseau :

la Cour est à l'heure du 21ème siècle !

                      

 

les salles d'audience se succèdent, plus impressionnantes les unes que les autres ...

       

          

        

 

#################################### à suivre : images de fin de soirée ######################################

Dîner Débat : 29/01/2015 / Cour de Cassation - INVITATION

       

 Les évolutions récentes de la jurisprudence en matière de droit du travail et des relations

  • Déroulement général : visite de la Cour de  Cassation pour ceux qui le souhaitent (17h à 18h), table-ronde (18h15 à 20h) puis buffet.
  • La table-ronde sera composée de : Jean-Yves Frouin (Président de la chambre sociale), Jean-Claude Mailly (Secrétaire Général de FO), Carole Couvert (Présidente de la CFE-CGC), Yves Struillou (DGT), Richard Muscatel (Chef de file CGPME CPH) en remplacement de Geneviève Roy (Vice-président de la CGPME) empêchée, Jean-François Pilliard, (Vice-Pdt du MEDEF).

          

 

Organisation de la table-ronde : un magistrat de la Cour animera le débat. , suivi d'un exposé liminaire de Jean-Yves Frouin, puis du débat entre les différents participants.

Contenu : le thème général (les évolutions récentes de la jurisprudence en matière de droit du travail et des relations) sera le fil conducteur du Président de la chambre sociale dans son propos liminaire, qui expliquera les principes à la base de ces évolutions. Le débat portera ensuite davantage sur l’actualité.  D’ores et déjà quelques thèmes ont été identifiés avec les intervenants : prud’hommes, loi du 20 aout 2008 sur la représentativité syndicale et son article sur les conditions de négociation et de validation des accords, forfait, laïcité, etc.

  • Public : adhérents de l’Association des Auditeurs, auditeurs de la 33ème session de l’INTEFP(Institut National du travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle), INTEFP, magistrats de Cour de Cassation, invités extérieurs..

 

###############################################################################################

 

Dîner débat : 25/11/2014 : Michel FORESTIER


Michel Forestier nous  a aidé à penser le travail autrement
 en nous présentant le résultat de ses travaux  :
"LE TRAVAIL CONTRE NATURE" 
voir chez son éditeurs les références de son ouvrage
 
Prochainement : une synthèse de son intervention et des échanges au cours de cette soirée